Présentation

  • Le village
  • Café Luissel
  • Place centrale

A l'origine de Dareizé

Le document le plus ancien sur le village remonte au XIe siècle. Il s'agit d'un document de l'abbaye de Savigny et plus exactement d'une charte datant de 1030.

Ce texte est inscrit dans le cartulaire de l'abbaye de Savigny, ou recueil de chartes contenant la transcription des titres de propriété et privilèges temporels de l'abbaye. On trouve alors le nom de Darasiacus désignant le village.

Dareizé peut aussi être rapproché d'un mot patois bien connu, les " darèzes " qui désignent les ridelles d'un char et qui doit ici rappeler d'anciennes barrières. Ce même mot est dérivé d'un nom gaulois " doraton " qui signifie " porte " et qui donne en langue anglaise " door " (porte).

Chanzé

Chanzé ou " champ pelé " selon le sens étymologique a une situation stratégique importante et interessante. Le site à l'extrême est de la commune domine la vallée du Soanan.

Une famille va emprunter ce nom de lieu, elle est elle-même signalée dans le cartulaire de l'abbaye de Savigny (X et XIIIe siècle). En effet, Geoffroy et Josserand de Chanzé reconnaissent posséder en avril 1265, un fief de Savigny dans la paroisse de Dareizé.

Cette famille de Chanzé, en latin Chanziaco, a disparu très tôt. Mais le nom de Chanzé est utilisé par la suite par les propriétaires des terres pour se différencier des autres membres de leur famille et ce, notamment à la fin du moyen âge, c'est-à-dire au XIV et XVe siècles.

  • Château de Chanzé
  • Château de Chanzé

Les châteaux de Chanzé

Actuellement se trouvent à Chanzé deux châteaux. Aucun ne se visite, mais nous pouvons les voir de la route.

Le vieux château de Chanzé qui remonte aux XIe et XIIe siècles a bien évidemment subi de nombreuses transformations en traversant les âges. Il a également changé de nombreuses fois de familles de propriétaires.

Ainsi, au 16e siècle, le château fut la propriété d'une famille d'origine écossaise : la famille d'Olifant, de 1579 à 1583. La famille servait le roi de France en tant qu'archers de la garde écossaise.

Puis Chanzé fut cédé à Jerosme Guérini, comte de Lysnard, issu d'une famille noble d'Italie. Et c'est dans l'église du village que nous retrouvons les traces de son passage. Mais de cela il en sera question lorsque nous évoquerons l'église.

En 1857, le propriétaire du domaine de Dareizé, monsieur Morellon vend l'un des lots à monsieur Massard. Ce dernier fait alors construire un château flanqué de 4 échauguettes. Depuis cette date, Chanzé comprend deux châteaux.

  • L'église

L’église

L'église de Dareizé, au centre du village, est ouverte la journée. Celle-ci remonte au 12e siècle, mais elle ne conserve de cette époque que bien peu de choses. L'essentiel de la construction actuelle date du 19e siècle : le clocher date de 1824, la nef de 1827-28 et même le chœur fut modifié ! Dans ce chœur, nous pouvons profiter d'une fresque de 1949, effectuée par Louis Josserand. Saint-Pierre, avec ses clefs, est au centre ; il est entouré de moutons. Saint-Pierre est le patron de la paroisse et ce dès les temps médiévaux. Cette œuvre sym bolise l'existence spirituelle et temporelle du village.

Les chapelles présentent un certain nombre de curiosités et bien sûr d'intérêts. A droite du chœur, la chapelle dédiée longtemps au Saint Esprit est la plus ancienne. Elle possède un bénitier du 16e siècle (1596 y est gravé).

C'est un seigneur de Chanzé, Jérosme de Guérini, comte de Lysnard , qui a érigé cette chapelle. Ces armoiries figurent dans la clef de voûte et dans le vitrail. Un caveau permettait ici d'inhumer les seigneurs de Chanzé.

Face à cette chapelle, la chapelle du confessionnal. A l'intérieur, une petite vitrine présente quelques objets liturgiques. Elle est contiguë à la chapelle du Rosaire qui remonte au 15e siècle.


Dareizé